Traitement naturel contre la dépression à Montréal | PSYSOL
16157
page-template-default,page,page-id-16157,page-child,parent-pageid-14542,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.1.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Traitement naturel contre la dépression

Dépression


La dépression est une maladie caractérisée par une tristesse et une perte du plaisir de façon durable et disproportionnée avec le facteur déclencheur, s’il y en a un. C’est une condition très commune, mais qui peut se cacher derrière des symptômes physiques ou un changement inexpliqué du caractère. Une recherche active permet de ne pas passer à côté des cas « masqués ». La dépression peut affecter négativement la qualité de la vie et à plusieurs niveaux, mais elle est traitable dans la plupart des cas.

Les traitements classiques sont généralement constitués d’une psychothérapie, pour les cas légers et moyens, et d’un traitement antidépresseur, pour les cas moyens à sévères. Les meilleurs résultats sont obtenus lorsqu’on combine psychothérapie et antidépresseurs, ou psychothérapie et certaines alternatives aux antidépresseurs.

Chez Psysol, nous offrons des alternatives thérapeutiques aux médicaments. Il s’agit de la stimulation magnétique transcânienne SMT), de la stimulation par électrothérapie crânienne (SEC), de la luminothérapie à la lumière bleue et du neurofeedback. Ces alternatives efficaces et presque sans effets secondaires sont proposées aux patients qui ne répondent pas, ou pas assez bien aux antidépresseurs, qui ne les tolèrent pas à cause des effets secondaires, ou qui ne peuvent pas les prendre à cause d’une condition médicale ou d’une grossesse.

Ces alternatives sont généralement beaucoup mieux tolérées ou sans effets secondaires comparées aux antidépresseurs. Elles peuvent être utilisées, selon les cas, pour optimiser les effets des antidépresseurs, en diminuer les doses ou même les arrêter complètement lorsque possible.

Qu’est-ce que la dépression ?

 

La dépression est une maladie comme les toutes les autres, elle peut affecter n’importe qui. Personne n’est assez intelligent, fort, instruit, riche ou autre pour résister à la dépression.

 

La dépression se manifeste par une humeur triste (déprimée), et qui diffère des réactions normales à un évènement de la vie émotionnellement difficile à vivre. Dans la dépression, l’humeur triste est persistante et peut se déclencher suite à un évènement anxiogène, ou encore de façon spontanée, sans aucun déclencheur. Elle s’accompagne souvent d’une perte du plaisir, de la motivation et de l’intérêt.

 

D’autres symptômes sont souvent présents tels que : les troubles du sommeil, les troubles de l’appétit avec perte ou gain de poids, la fatigue inexpliquée par l’activité physique ou intellectuelle et une tendance à la procrastination. Les troubles de la concentration sont communs, ainsi qu’une faible performance au travail. Les personnes déprimées peuvent devenir impatientes, irritables et parfois même agressives. Elles ont tendance à s’isoler et à préférer la solitude.

L’estime de soi diminue et un sentiment de culpabilité peut également apparaître. Les personnes déprimées ont tendance à penser qu’elles sont inutiles ou même nuisibles. Un sentiment de désespoir et d’incurabilité peut s’installer. Les idées noires, voire suicidaires, sont possibles et requièrent une attention particulière.

Les signes de la dépression ne sont pas toujours évidents. Ils sont souvent à l’arrière-plan, derrière des symptômes physiques tels que des maux de tête persistants, une fatigue importante et inexpliquée ou des symptômes digestifs, d’où l’intérêt d’une recherche active de la dépression devant des symptômes physiques inhabituels. On estime que 50 % des dépressions ne sont pas diagnostiquées.

Votre professionnel de la santé vous aidera à faire la distinction entre la dépression et d’autres maladies ou états tels que : une hypothyroïdie, une anémie, une réaction à un évènement stressant de la vie, un deuil, un état de stress post-traumatique ou un trouble de l’adaptation, entre autres.

Il arrive souvent que la dépression soit associée à d’autres maladies (dépendance, maladie physique chronique, etc.). Non traitée, la dépression peut affecter négativement la qualité de vie, et engendrer des difficultés professionnelles ou familiales. Le risque ultime de la dépression demeure le suicide.

Les différentes formes de dépression

  • Dépression majeure : Les symptômes sont intenses et présents presque toute la journée, presque tous les jours pendant au moins 2 semaines.

 

  • Dysthymie (dépression persistante) : moins intense que la dépression majeure, mais les symptômes durent plus de 2 ans.

 

  • Dépression majeure associée à la bipolarité : Elle alterne avec des épisodes d’humeur euphorique dite maniaque ou hypomaniaque selon son intensité.

Il existe plusieurs autres formes de dépression, mais toute baisse inhabituelle et persistante de l’humeur, surtout si elle ne constitue pas une réaction normale à un évènement de la vie, ou si elle constitue une réaction exagérée et disproportionnée avec l’évènement causal, doit conduire à une évaluation par un professionnel de la santé.

Que se passe-t-il au niveau du cerveau du déprimé ?

Les technologies actuelles d’imagerie permettent de mettre en évidence des zones cérébrales moins actives dans la dépression que dans les états normaux. D’ailleurs, la stimulation de ces zones, de manière électrique ou magnétique, permet d’améliorer la dépression. C’est le principe utilisé dans l’électroconvulsivothérapie (électrochocs) et dans les technologies plus modernes et presque sans effets secondaires comme la stimulation magnétique transcrânienne ou la stimulation par électrothérapie crânienne. Certaines substances chimiques ont été identifiées depuis des décennies et ont permis d’élaborer des médicaments efficaces pour traiter la dépression.

 

Il est intéressant de noter que ces perturbations biologiques observables s’atténuent ou disparaissent suite aux traitements, que ces derniers soient biologiques comme les antidépresseurs, physiques comme la stimulation magnétique transcrânienne ou psychologiques comme la psychothérapie.

Quelles en sont les causes ?

Aucune cause certaine n’est connue à ce jour, mais des facteurs de risque ont été identifiés. Ils peuvent être de nature génétique, médicale, environnementale ou sociale. Ils incluent :

  • Présence d’épisodes dépressifs antérieurs ;
  • Histoire de dépression chez des membres de la famille ;
  • Sexe féminin ;
  • Période entourant l’accouchement (péripartum) ;
  • Traumatismes à l’enfance ;
  • Évènements stressants de la vie ;
  • Réseau de support social faible ;
  • Maladie physique sérieuse ;
  • Démence ;
  • Abus de substances.

Traitements

Plusieurs traitements sont disponibles pour la dépression :

  • Des traitements classiques : psychothérapie et antidépresseurs ;
  • Des traitements modernes regroupés sous la nomination « neuromodulation » ou « neurothérapie ».

Il s’agit de techniques visant à modifier l’activité du cerveau par d’autres moyens que les médicaments. Parmi ces techniques, on peut citer :

  • La stimulation magnétique transcrânienne répétée (SMTr) ;
  • Stimulation par électrothérapie crânienne (SEC) ;
  • La luminothérapie à la lumière enrichie de bleu ;
  • Le neurofeedback ;
  • La stimulation du nerf vague (SNV) ;
  • La stimulation cérébrale profonde ;
  • L’électroconvulsivothérapie communément appelée électrochoc (cette technique est réservée aux cas résistants avec un risque vital et n’est utilisée que dans les hôpitaux) ;
  • Des traitements complémentaires, tels que : relaxation, méditation, Tai Chi, yoga, hygiène de vie incluant (alimentation équilibrée, activité sportive modérée, implication sociale et familiale, implication dans un réseau de soutien familial, etc.).

Dans les cas de dépression légère ou moyenne, une psychothérapie peut suffire. Dans les cas de dépression moyenne ou grave surtout, un traitement biologique devient indispensable. Les antidépresseurs constituent le premier choix. Il en existe plusieurs catégories que les médecins connaissent bien. Les réponses thérapeutiques sont en général favorables, mais certains cas ne répondent pas aux premiers essais par les antidépresseurs et nécessitent d’autres interventions.

Chez Psysol, nous offrons des alternatives thérapeutiques non médicamenteuses. Il s’agit de :

  • la Stimulation magnétique transcrânienne répétée (SMTr) ;
  • Stimulation par électrothérapie crânienne (SEC) ;
  • La luminothérapie à la lumière enrichie de bleu ;
  • le neurofeedback.

Ces alternatives sont efficaces, presque sans effets secondaires peuvent être considérées chez les personnes qui :

  • ne répondent pas aux antidépresseurs ;
  • ne tolèrent pas les antidépresseurs ;
  • présentent des contre-indications aux antidépresseurs ;
  • ne souhaitent pas prendre d’antidépresseurs et dont l’état est jugé sécuritaire.

Ces alternatives thérapeutiques peuvent être utilisées en combinaison avec les traitements classiques (thérapies et antidépresseurs) ou seules, selon l’état du patient.

Ces techniques permettent :

  • d’optimiser l’effet d’un traitement antidépresseur ou psychothérapique ;
  • de diminuer les doses des médicaments pris ou même de les arrêter ;
  • de traiter à elles seules les états dépressifs légers, moyens et parfois même sévères. Dans certaines études, des états dépressifs résistants aux antidépresseurs ont répondu à la SMTr par exemple.

Ces techniques peuvent être utilisées individuellement ou en combinaison avec d’autres (ex. : luminothérapie et SMTr). L’utilisation de ces techniques est précédée d’une évaluation complète afin de s’assurer :

  • qu’il n’y a pas de contre-indication ;
  • qu’il y a un bénéfice potentiel à les intégrer dans le traitement ;
  • de ne pas perdre les bienfaits des traitements existants, s’il y en a;
  • qu’elles conviennent bien à l’état de la personne à traiter ;
  • qu’il y a une bonne raison médicale de les utiliser ou de les privilégier chez un patient donné.

Dans tous les cas, c’est le suivi régulier qui permet d’optimiser un traitement. Il faut toujours garder à l’esprit que :

  • On ne peut pas prédire avec exactitude l’effet d’un traitement de la dépression qu’il soit médicamenteux, psychothérapique ou par neuromodulation ;
  • Aucune méthode thérapeutique ne garantit un résultat ;
  • Chaque personne est différente. Ce qui fonctionne chez l’un risque de ne pas fonctionner chez l’autre, malgré la similitude des symptômes, des diagnostics, des facteurs déclencheurs, ou l’appartenance à la même famille.

Les méthodes alternatives de neuromodulation s’intègrent bien dans l’arsenal thérapeutique existant de la dépression, et permettent d’obtenir des résultats intéressants presque sans effets secondaires. Elles ne sont, cependant, pas à considérer comme des traitements à toute épreuve pour remplacer tout ce qui existe déjà. Elles enrichissent la gamme de choix et permettent à certains patients qui ne répondent pas aux traitements classiques, ou qui ne les tolèrent d’obtenir un soulagement ou un rétablissement qu’il ne pouvaient pas atteindre autrement.

Pour toutes informations ou prises de rendez-vous, n’hésitez pas à nous contacter