Stimulation magnétique transcranienne à Montréal | PSYSOL
16132
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-16132,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.1.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Stimulation magnétique transcrânienne

Stimulation magnétique transcrânienne


 

RTMSLa stimulation magnétique transcrânienne (SMT) est un procédé thérapeutique qui permet de modifier l’activité cérébrale à l’aide d’un champ magnétique provenant d’une source extérieure, localisée à proximité du cuir chevelu. La stimulation magnétique transcrânienne constitue un moyen thérapeutique non invasif, sécuritaire et efficace.

 

Suite à une séance d’environ une demi-heure, et qui ne nécessite aucune préparation particulière, les patients peuvent vaquer à leurs occupations sans aucune restriction. La source de stimulation magnétique est un appareil qui génère un champ magnétique variable, qui est ensuite transmis au cerveau par l’intermédiaire d’une bobine placée à proximité du cuir chevelu, vis-à-vis de la région cérébrale à stimuler.

 

L’appareil peut générer une seule stimulation à la fois. On parle alors de stimulation magnétique transcrânienne simple. Il peut également générer des stimulations multiples et on parle alors de stimulation magnétique transcrânienne répétée (SMTr). C’est cette dernière qui est généralement utilisée dans les traitements psychiatriques.

Le champ magnétique, produit à proximité du cuir chevelu, traverse facilement les différentes structures anatomiques et atteint les structures cérébrales visées, sans créer de douleurs ou de sensation d’inconfort. Il crée un courant électrique discret au niveau de la structure cérébrale visée, lui permettant de fonctionner de façon plus optimale.

Selon les paramètres de stimulation utilisés, l’effet sur la structure cérébrale sera stimulant ou inhibiteur. On cherche à produire un effet stimulant au niveau des structures qui fonctionnent au ralenti. C’est le cas du cortex dorsolatéral préfrontal gauche (CDLPFG) dans la dépression majeure. On cherche, par contre, à produire un effet inhibiteur au niveau des structures qui fonctionnent de façon excessive. C’est le cas du cortex temporopariétal (CTP) dans les acouphènes ou les hallucinations auditives. Nos spécialistes adaptent les paramètres de stimulation aux besoins spécifiques de chaque patient.

Les paramètres contrôlables sont :

  • la région cérébrale à stimuler ;
  • la fréquence de stimulation (haute ou basse) ;
  • le type de fréquence ;
  • l’intensité des stimulations ;
  • la durée des intervalles de stimulation et des intervalles de repos ;
  • le nombre total de stimulations durant la séance ;
  • le nombre de séances.

La stimulation magnétique transcrânienne est un traitement dont les preuves d’efficacité et d’innocuité ont été largement établies dans des milliers d’études à travers le monde, particulièrement dans la dépression majeure. Son efficacité a également été démontrée dans le traitement des hallucinations auditives et des douleurs neuropathiques. Plusieurs études montrent des résultats encourageants dans le traitement des acouphènes et d’autres conditions, mais le niveau de preuve demeure moins élevé que pour la dépression, les hallucinations et les douleurs neuropathiques.

 

La SMT est un excellent choix pour les personnes chez qui, les médicaments sont contre-indiqués, inefficaces, ou non tolérés à cause d’effets secondaires importants.  Elle est aussi une bonne alternative pour ceux qui font tout simplement le choix de ne pas prendre de médicaments pour toute autre considération. Le guide CANMAT suggère de considérer la rTMS après avoir essayé, sans succès, un seul antidépresseur.

Comme tout autre traitement, la rTMS a aussi ses limites. Elle ne peut pas être utilisée chez les personnes qui ont des objets métalliques dans le crâne ou dans les régions voisines, et son innocuité n’a pas été établie pour les femmes enceintes.

 

Certains effets secondaires bénins sont possibles, mais rares, comme les maux de tête qui nécessitent rarement la prise d’un analgésique simple, ou une sensation de picotement dans le cuir chevelu.

 

Le seul effet secondaire significatif est la survenue d’une crise convulsive au cours de la session. Ceci est un risque extrêmement rare étant donné la qualité des appareils modernes utilisés et des mesures de sécurité appliquées. Ces rares cas publiés dans la littérature sont survenus chez des patients ayant des conditions prédisposantes, et n’ont nécessité l’utilisation d’aucune autre mesure en dehors de l’arrêt du traitement. Elle se sont résolues spontanément en quelques minutes et sans aucune intervention. En outre, un questionnaire détaillé est administré avant tout traitement pour éliminer les contre-indications et les facteurs de risque de convulsions.

 

Veuillez noter que ce traitement n’est pas couvert par la régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) lorsqu’il est administré en clinique privée (comme Psysol) et, de ce fait, vous devez en défrayer les coûts. La RAMQ le couvre complètement lorsqu’il est administré en milieu hospitalier. Vous pouvez donc en bénéficier gratuitement à l’hôpital. À Notre connaissance, au moins trois hôpitaux l’offrent à Montréal (Centre de neuromodulation du CHUM, Centre de neuromodulation de l’hôpital Douglas et de l’hôpital Royal Victoria). Les engins de recherche tels que Google vous permettront de trouver facilement des informations à jour sur ces ressources.

Category
Nos services
Pour toutes informations ou prises de rendez-vous,
n’hésitez pas à nous contacter.