L’insomnie chronique : traitement traditionnel ou naturel ? - Psysol
16471
post-template-default,single,single-post,postid-16471,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.1.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

L’insomnie chronique : traitement traditionnel ou naturel ?

02 Jan L’insomnie chronique : traitement traditionnel ou naturel ?

L’insomnie chronique est très difficile à vivre et se retrouve chez de nombreuses personnes. Elle est définie par l’impossibilité de dormir suffisamment jusqu’à poser problème pour être fonctionnel dans la vie au quotidien (la somnolence, la perte d’attention, l’irritabilité, etc.). Si les insomnies peuvent être passagères, il est plus délicat lorsqu’elles se manifestent de manière chronique soient plusieurs fois par semaine, et ce, plusieurs semaines d’affilée.Si l’insomnie touche plus d’une personne sur 10 au Canada, elle n’est pas une maladie, mais davantage un symptôme dont il est nécessaire d’en établir la cause pour la traiter efficacement. Qu’en est-il aujourd’hui des traitements contre l’insomnie chronique? Est-il préférable d’utiliser un traitement traditionnel ou naturel?

Les causes possibles et les conséquences de l’insomnie chronique

Les causes de l’insomnie peuvent être multiples :

  • Raisons physiques et environnementales : bruits, lumière, alimentation
  • Raisons psychologiques : stress et problèmes
  • Problèmes de santé : syndrome des jambes sans repos, apnée du sommeil, douleurs chroniques, dépression, problème respiratoire, maladie de Parkinson ou encore d’Alzheimer, etc.

Les personnes affectées par l’insomnie sont fatiguées au quotidien, expérimentent des périodes de somnolence, sont plus irritables, ont de la difficulté à se concentrer voire des pertes de mémoire.

Le fait d’avoir d’autres problèmes de santé peut être accentué par l’insomnie, telle que les migraines, les douleurs chroniques, etc. L’insomnie peut ainsi devenir problématique chez les personnes qui en souffrent dans leur quotidien : difficultés à l’école, au travail, absentéisme et les accidents (au travail ou de la route).

Le traitement de l’insomnie chronique, que choisir?

Avec de la difficulté à s’endormir, des réveils répétés au cours de la nuit ou prématurés, de la fatigue au quotidien, une vigilance en baisse et une augmentation de l’irritabilité, il est normal de vouloir trouver une solution et un traitement efficace rapidement. Voici quelques solutions qui peuvent vous aider à trouver le sommeil et combattre vos insomnies :

  • La stimulation par électrothérapie crânienne constitue un traitement efficace et sécuritaire pour le soulagement de l’insomnie chronique. C’est une solution facilement utilisable dans le confort de votre domicile. Le traitement consiste à produire un faible courant électrique (de l’ordre du microampère) au niveau du cerveau, afin de stimuler la sécrétion de la sérotonine, de l’acétylcholine et des endorphines, qui sont les substances impliquées dans le stress, la dépression et le sommeil. Des effets bénéfiques peuvent être produits après un traitement unique, et les traitements répétés ont montré qu’ils augmentaient la force relative et la durée de ces effets.
  • Le neurofeedback dynamique a sa place dans le soulagement de plusieurs troubles anxieux et dépressifs. Le système de neurofeedack utilisé chez Psysol est le NeurOptimal. Ce traitement est basé sur l’enregistrement de l’activité électrique du cerveau pendant les sessions d’entrainement. Le «feedback» sonore émis via des écouteurs, à des moments stratégiques, permet au cerveau d’optimiser son fonctionnement. Il s’agit d’un entraînement du cerveau ayant pour but d’augmenter la flexibilité et la résilience de celui-ci. En s’améliorant, le cerveau devient plus flexible, plus résilient et plus sain. Les utilisateurs rapportent une amélioration de leur sommeil, de la clarté de leur pensée, de l’attention, de l’énergie et de la capacité de se défaire de leurs préoccupations plus facilement.
  • La recherche sur le sommeil a montré que les personnes qui exerçaient une activité physique régulière parvenaient à s’endormir plus rapidement et dormaient également plus longtemps que les personnes sédentaires. Cela ne s’applique pas lors d’activité physique intense deux à trois heures avant le coucher.
  • De même, tenter d’améliorer votre environnement de sommeil au maximum : en écartant de votre chambre les bruits extérieurs par l’insonorisation ou l’utilisation des bouchons d’oreilles, éliminez les lumières inutiles grâce à des rideaux ou volets, ayez un bon matelas confortable et une température adéquate dans votre chambre ni trop chaude, ni trop froide.
  • L’alimentation a également un effet sur notre sommeil. Évitez de manger trop le soir et trop proche du coucher. Mangez épicé ou sucré et consommez des aliments excitants comme le café, le thé, les sodas ne sont pas recommandés le soir. Les effets sur le système digestif peuvent compromettre l’endormissement et le sommeil en général.
  • Avant de vous coucher, essayez de vous détendre. Ne faites plus d’activités énervantes et choisissez plutôt des activités de détentes (un bain, un massage, de la lecture, une marche). Organisez-vous également une routine avant de vous coucher pour vous relaxer au maximum.
  • Si vous ne parvenez pas à changer ces habitudes par vous-mêmes, il est possible de se faire accompagner grâce à une thérapie comportementale. Elle vous apportera des conseils sur les habitudes à avoir face au sommeil, pour travailler sur les croyances et les angoisses, voire même d’apprendre une nouvelle technique de relaxation ou de méditation.
  • L’acupuncture, le yoga et la méditation sont autant de stratégies à adopter dans le traitement de l’insomnie qui aide à la réduire et la prévenir.

Si les insomnies demeurent, il est toujours possible d’avoir recours aux médicaments pour dormir et surtout se reconstituer des forces. Les somnifères n’ont pourtant aucun effet sur la cause réelle des insomnies et ne font que ralentir l’activité du cerveau. Il faut également savoir que la plupart des médicaments prescrits pour dormir perdent de leurs effets après plusieurs semaines d’utilisation et deviennent donc inutiles à long terme. Les effets secondaires sont néfastes et dérangeants au quotidien (perte de réflexes, irritabilité). La prise sur le long terme de somnifères ou d’autres tranquillisants (comme les antidépresseurs) crée également des problèmes de sevrages qui doivent être suivis par un médecin au moment de l’arrêt.

En conclusion, les modifications des habitudes de vie et/ou de l’environnement suffisent généralement à atténuer les problèmes d’insomnie chez la plupart des personnes. Le recours aux somnifères devrait être suivi médicalement et ne devrait qu’être que temporaire. En ne traitant en rien la cause du problème, la médication n’est pas efficace. Il paraît essentiel à long terme de remédier à la cause des insomnies et de travailler davantage dans ce sens.