Bilan psychologique pour adulte : 5 diagnostics fréquents - Psysol
16474
post-template-default,single,single-post,postid-16474,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-9.1.3,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Bilan psychologique pour adulte : 5 diagnostics fréquents

15 Jan Bilan psychologique pour adulte : 5 diagnostics fréquents

Que ce soit pour un proche ou pour vous même, un bilan psychologique pour adulte est l’occasion de faire le point sur une anomalie remarquée dans le comportement. Diagnostiqués lors d’examens effectués par des professionnels après un entretien et des tests psychologiques, les troubles les plus fréquents chez l’adulte sont les suivants :

Dépression

S’il n’est pas inquiétant d’avoir des moments de tristesse passagers, c’est lorsque les symptômes s’intensifient et perdurent qu’il faut s’inquiéter de ce que l’on appelle couramment une « déprime ». Outre le temps qui passe et ne change rien, les signes extérieurs et psychologiques d’une dépression sont nombreux. Le manque d’intérêt pour l’entourage et pour toute activité, l’isolement, la fatigue, les pleurs, la dépréciation de soi, la culpabilité, l’inquiétude ou l’irritabilité excessive peuvent être dus à une dépression. Concernant les symptômes physiques, ils peuvent être des troubles de l’appétit, du sommeil, une grande fatigue, une perte de libido, une agitation inhabituelle ou encore un ralentissement total. La dépression sévère est souvent persistante et doit être traitée, car elle peut conduire au suicide.  

Trouble bipolaire ou psychose maniacodépressive

Alors qu’une personne ordinaire va changer d’humeur en fonction des évènements qui l’entourent, une personne atteinte de trouble bipolaire va elle le faire inopinément et intensivement. Comme leur nom l’indique, ces troubles sont caractérisés par une alternance de colères incontrôlables, d’exubérance, d’hyperactivité, de flot verbal puis de phases normales et de moment d’extrême tristesse et d’envies suicidaires. Cette maladie mentale qui peut être transmise génétiquement peut aussi provenir de l’accumulation de stress et est généralement diagnostiquée avant 35 ans.

Schizophrénie

Cette maladie qui provient d’anomalies des circuits neuronaux du cerveau amène à une perturbation du sens de la réalité. La personne atteinte de schizophrénie va souvent commencer par avoir des troubles cognitifs. On voit alors apparaître chez le malade une alternance de symptômes négatifs comme des troubles de l’attention, de la concentration, de la mémoire, des fonctions exécutives et des symptômes dits positifs comme de l’agitation, les délires, les hallucinations ou des troubles de la pensée et du langage. Ce diagnostic touche environ 1 % de la population québécoise et nécessite une prise en charge multidisciplinaire.  

Borderline

Les individus qui ont une personnalité dite limite ou borderline ont des comportements inadaptés dans leurs relations interpersonnelles. Ils sont amenés à vivre des troubles de l’humeur et ont un grand manque d’équilibre quand il s’agit d’estime de soi, d’émotions et de jugement. Cela se traduit par des troubles identitaires, de l’impulsivité, des comportements violents et suicidaires. Ce trouble affecte environ de 2 % de la population et touche principalement les femmes. Généralement ce trouble est associé à une grande peur de l’abandon et à une intolérance anormale à la solitude.

Trouble obsessionnel compulsif

Communément appelé TOC, ce trouble se caractérise par des pensées obsessionnelles et/ou des comportements compulsifs extrêmes. Dues à un dérèglement du cerveau, les obsessions peuvent être des peurs répétitives, des doutes récurrents ou des préoccupations excessives. Les compulsions typiques peuvent être concentrées sur la propreté, le rangement, le classement, la sexualité, la répétition ou encore le besoin de toucher. Incontrôlables et provenant de facteurs biologiques, environnementaux et sociaux, ces troubles doivent être évalués et traités par des professionnels. Dans près de 50 % des cas, il y a un antécédent familial de maladie mentale.  
Ces cinq diagnostics fréquents chez les adultes sont tous des troubles qui font extrêmement souffrir les patients. Toute anomalie comportementale ou psychique remarquée doit alors amener à la consultation d’un spécialiste qui saura prescrire un traitement approprié et adapté. Ces troubles ne sont pas à prendre à la légère, car ils peuvent tous mener à des comportements violents envers la personne elle-même ou ses proches.